L'Atelier

La philosophie du studio

Si l'œuvre humaine a un rôle dans le poème du monde, un rôle nécessaire, elle perd tout son sens lorsqu'elle prétend s'en détacher. Nécessaire, elle l'est parce qu'en disant le poème, elle le porte plus loin; mais nullement suffisante, car elle ne serait rien si le poème ne la portait déjà, comme une houle plus longue et plus profonde porte une vague au déferlement qui la dépasse elle-même.

MA2, un bureau d'architecte épris
de novation et de rénovation

Partir aujourd'hui d'une page blanche ou partir de pages jadis rédigées, parfois intactes, altérées ou effacées, les architectes se spécialisent la plupart du temps dans l'une ou l'autre des écritures. Rarement dans les deux.

Etonnamment, le bureau d'architecture MA2 à Bruxelles se délecte des deux entreprises : pour lui, une approche identique fondée sur le plaisir de la question et la pratique du doute qu'aucune vérité tyrannique ne vient paralyser. Seuls y diffèrent les paysages et visages dans lesquels s'insérer, qu'il revient de compléter. « A partir de rien ou de fragments existants, tenter de (re)constituer un tout cohérent, (ré)inventer une histoire homogène... »

Et Francis Metzger, responsable du bureau d'ajouter : « Je ne suis pas un éclectique. Je suis un architecte gourmand, mû par la curiosité ! » Gourmet, rajouterait-on, au vu de la subtilité et de la rigueur qui imprègne chacune de ses réalisations.

Ces pages vierges et libres d'écriture préalable ont généré la récente création des deux écoles HELB/ULB-ISM sur le campus hospitalo-facultaire de l'ULB Erasme à Anderlecht ou celle du grand complexe sportif et récréatif de KINETIX à Schaerbeek (Association 3A).

Jadis rédigées et aujourd'hui à recomposer, les autres sont plus que variées, parfois classées : néoclassiques comme les deux pavillons d'octroi, Porte de Ninove (A. Payen, 1833) ; néogothique comme la cathédrale Notre Dame de Laeken (Conçue par Joseph Poelaert, 1854 et complétée par le Baron Von Schmidt, 1910) ; éclectique comme la Bourse de Bruxelles (Léon Suys, 1868) ou la maison Delune avec ses remparts byzantins crénelés d'art nouveau (Léon Delune, 1903) ; néo-renaissance flamande comme le Château Charle-Albert (Charle-Albert, 1869) en associaton avec Art and Built; art nouveau comme la Maison Autrique (première maison construite par Victor Horta, 1893), la Gare centrale (dernier édifice du même Horta terminé en 1951 sous la direction de l'architecte Maxime Brunfaut) ou encore la Bibliothèque Solvay (Constant Bosmans et Henri Vandeveld, 1902) ; très parisien, Louis XVI en extérieur, Louis XV en intérieur, comme l'Hôtel Astoria (Henri van Dievoet, petit neveu de Poelart, 1909) ; art déco comme l'Hôtel Empain (Michel Polak, 1930-1934) ; gigantesque molécule de fer tel l'Atomium conçu en 1958 par l'ingénieur André Waterkeyn ; ancien auditoire militaire de la caserne des Carabiniers, dite Dailly, reconverti en Théâtre de la Balsamine (2000)...

Autant de fragments de ville à réintégrer harmonieusement dans la vie contemporaine, lieu de culte ou d'apprentissage, temple de la finance, gare de voyageurs, hôtels particuliers, théâtre, symbole métallique de l'âge atomique..., autant d'instantanés architecturaux, pièces de répertoires ou œuvres intimistes, jadis actuelles, dont il convient de raviver la pertinence.

La poupée russe ou Matriochka est un signe de bonheur, prospérité et fertilité.

On raconte que Serguei Malioutine, peintre dans une boutique d'artisanat populaire de la propriété d'Abramtsevo aperçut une série de poupées de bois japonaises emboîtées, représentant les Sept Divinités du Bonheur dans la mythologie Shinto. Vieille religion du bouddhisme « importé » au Japon vers le VIe siècle, le shintoïsme est un mélange d'animisme et de chamanisme, essentiellement polythéiste. Le concept majeur du shintoïsme est le caractère sacré de la nature. Le profond respect en découlant définit la place de l'homme dans l'univers : être un élément du grand tout.

Augustin Berque, Ecoumène. Introduction à l'étude des milieux humains,
éditions Belin Mappemonde, Paris, 2000, p. 7

Une philosophie de l'architecture :
empreinte et matrice

« A partir de l'os – le fragment – reconstituer l'organisme. A partir du lieu et du programme, redonner de la cohérence à un rapport dont la préoccupation première est la capacité de mieux-être, le plaisir pour l'humain d'arpenter, d'habiter... un nouvel agencement qui soit à son échelle. C'est notre philosophie de travail. », précise Francis Metzger.

L'architecture serait-elle dès lors empreinte et matrice ? Donnerait-elle à sentir et à vivre la correspondance organique du macrocosme (la nature) avec le microcosme (l'homme) et agit-elle en accord avec la dynamique d'un accomplissement général ?

« L'architecture est un rapport entre un lieu et un programme. Ce rapport est défini par le lieu : un environnement, un bâtiment Horta ou « remarquable ». Là, il s'agit de créer une conversation harmonieuse avec le partenaire architecte qui a commencé le début de la phrase, d'entrer dans sa vision et ses intuitions, de trouver le moyen de revenir aux sources avec des éléments contemporains. S'insinuer entre : le contraire de la rupture. »

Quand le lieu est végétal – une orientation géographique, une topographie –, la page est blanche, l'écriture est à naître, le rapport peut s'inventer. Dans les deux cas, on s'inscrit sur une ligne du temps : au départ d'un lieu existant, tenter d'inventer, de réinventer, un lieu contemporain. »

« S'il y avait une seule vérité, on ne pourrait pas faire cent toiles sur le même thème. » (Picasso). Et cent projets d'architecture ? « J'aime à penser que la pratique du doute – urgente, utile et agréable – est une éthique. Le démarrage d'un projet doit être très iconoclaste si on ne veut pas se laisser pétrifier par le respect. Il n'y a que le doute qui puisse générer une attitude bienveillante vis-à-vis d'une architecture initiale : il lui permet d'exister dans le même temps qu'il autorise à créer à partir d'elle – trouver les solutions les plus authentiques avec le souffle le plus ample. Pour se réinventer, le contemporain a besoin de l'architecture qui précède. D'une vérité provisoire en jaillit une autre. Contrairement à la science où chaque nouvelle vérité évince la précédente, l'art additionne sans les amoindrir ses diverses vérités. J'aimerais que la ville puisse être repensée ainsi : pourquoi pas la recycler tout entière : la régénérer à partir d'elle-même à la faveur de ses nouveaux besoins et revendications... Ce serait infiniment plus exigeant et respectueux que de dévaster ou muséifier ! »

« L'architecture que je pratique est loin d'une simple sculpture de formes ou d'un pur jeu de proportions. L'esthétique ne peut être sa dynamique car c'est une abstraction qui ne s'en réfère qu'à elle même. L'architecture requiert une éthique qui l'articule à l'échelle humaine et aux réalités du monde sensible. Elle procède d'un tout. Libre se trace sa première ligne dans le champ de tous les possibles. Mais le second trait dépend déjà du premier qui oblige le troisième. Ce tout se décline du plus grand au plus petit. Le projet architectural est une « matriochka ». Telle une poupée russe, sa forme est gigogne. De l'ossature au détail, c'est la même histoire qui se raconte quels que soient le matériau, l'échelle qui l'exprime ou le service auquel elle se destine. », dit Francis Metzger.

Claire Diez

Awards

Bibliothèque Solvay

  • Europa Nostra 2012 - 2012
  • Nomination à la 4e édition des Règles d'Or de l'Urbanisme - 2012
  • Mention spéciale aux « European and Belgian Awards » - 1995
  • Diplôme d'Honneur au concours « Master Foods des Demeures Historiques » - 1995
  • Nomination au « International Carlsberg Architectural Prize » à Copenhague, Danemark - 1995

Eglise Notre Dame de Laeken

  • Lauréat de l'appel à candidature pour la restauration de l'Église Notre-Dame de Laeken - 2003

Ferme Den Bels

  • Lauréat de l'appel d'offre lancé par la Ville de Bruxelles pour la réhabilitation de la Ferme Den Bels - 2012

Gare Centrale

  • Prix Bruxelles-Horta : Mention spéciale pour la rénovation du grand couloir - 2014
  • Prix de Quartier des Arts pour la rénovation de la gare - 2012
  • Sélection international à la Biennale de São Paulo pour la rénovation de la Gare Centrale de Bruxelles, Brésil - 2005

Maison Autrique

  • 2e prix du patrimoine culturelle de l'Union Européenne - Europa Nostra 2005 - 2005
  • Nomination aux Caïus du Patrimoine en Région de Bruxelles-Capitale pour la restauration de la Maison Autrique - 2004

Théâtre de la Balsamine

  • Prix de la Biennale d'architecture du Costa Rica, à José - 2004
  • Lauréat de l'appel du concours du Théâtre de la Balsamine - 2003
  • Prix de la Biennale de São Paulo, Brésil - 2003

Villa Empain

  • Prix du patrimoine culturel de l'Union Européenne - Europa Nostra à Amsterdam, Pays-Bas - 2011
  • Prix européen d'architecture Philippe-Rotthier - 2011

Contactez-nous


Metzger et Associés
Architecture

 
24, rue de la glacière
1060 Bruxelles

T +32 2 289 08 80
F +32 2 512 34 82
ma2@ma2.be

www.ma2.be